Vidéo de la semaine

Premium

"Ce poisson est l’un des plus délicats, cependant il est vraiment différent selon qu’il provienne de l’Atlantique ou de la Méditerranée. Dans le premier cas, je lui préfère une cuisson classique au beurre et dans l’autre, une cuisson plus douce à l’huile d’olive au four. L’association avec les asperges en fait un plat très subtil et le thym citron lui donne cette acidité qui contraste avec la cuisson traditionnelle du grand ouest de la France : au beurre."


Plus de vidéos

À la une

Poudre magique, mousse au chocolat protectrice, pâte à tartiner bienfaitrice, les intitulés de ces recettes donnent le ton. Tout comme le titre malicieux de ce livre imaginé par la diététicienne Paule Neyrat : Manger heureux, vivre longtemps et mourir en bonne santé. Petit précis pour décrypter ce grimoire moderne.

Née en 1895, Eugénie Brazier a formé Paul Bocuse et raflé six étoiles au Michelin soixante ans avant Alain Ducasse. À Lyon et ailleurs, on n’est pas prêt d’oublier cette immense cuisinière, ses héritiers - de sang ou d’esprit - y veillent.

La réussite d'un repas repose avant tout sur la sélection de bons produits mais également sur le choix d'un matériel adéquat. Découvrez nos conseils et astuces pour préparer une menu de Pâques dans les règles de l'art.

Ingrédient de la semaine

La poire est un fruit ovale, renflé à sa base. Sa peau, de couleur variable, évoluant du vert au jaune avec parfois des traces rouges, recouvre une chair un peu granuleuse, très juteuse qui contient au centre, groupés, des pépins.

Originaire d'Asie, le poirier existe depuis l'ère néolithique. En témoignent les nombreux pépins de poires retrouvés dans des sites archéologiques. La culture du poirier aurait démarré en Chine plus de 4000 ans avant J-C., mais ce sont les Romains qui l'ont développée en Europe, sachant greffer et tailler les arbres et créant ainsi des variétés différentes. Il y en avait une soixantaine à la fin de l'Empire Romain en 476 après J-C.

Si l'on en juge par le nom de certaines au Moyen-Âge, "caillou rosat", "poire d'angoisse", on peut supposer que les poires n'étaient pas terribles à cette époque ! Elles se sont améliorées au 18e siècle grâce à un moine belge, Nicolas Hardenpont, qui créa la première variété juteuse et ayant vraiment du goût. Mais auparavant, La Quintinie, le jardinier de Louis XIV qui cultivait différents poiriers à Versailles avait établi un classement des bonnes et des mauvaises. Fruit royal, une poire était offerte aux Rois de France lors de leur sacre à Reims.

Voir tous les ingrédients de saison

La vie de l'academie

Nos partenaires