Vidéo de la semaine

Premium

Il ne faut pas confondre potiron et citrouille. Certes ils sont de la même grande famille des Cucurbitacées, mais le potiron est de l’espèce « Cucurbita maxima » et la citrouille de celle de « Cucurbita pepo ». Ils n’ont pas tout à fait la même forme : le potiron est un peu aplati tandis que la citrouille est bien ronde. Accompagné de champignons et de lard croustillant, ce gratin de potiron est un vrai régal.


Plus de vidéos

À la une

Rencontrer des chefs, se régaler de recettes exclusives, échanger sur la gastronomie, découvrir de beaux produits, goûter à l'éphémère... Quels seront les temps forts du mois d'octobre en France ? Agenda.

À tout juste 21 ans, cette jeune cheffe originaire de Nice est aux commandes, depuis un an seulement, des Fables de la Fontaine, ce restaurant auréolé d'une étoile depuis une décennie. Macaron qu'elle a su conserver malgré la nouvelle orientation du restaurant et de la carte. Portrait.

Le 24 septembre, le Palais-Royal s'est transformé en coin-coin de paradis pour les amateurs de canard des Landes. Grands chefs, fins gourmets, producteurs et passants se sont retrouvés de manière conviviale pour fêter ce produit. Réjouissant, à l'heure où la filière sort de plusieurs mois difficiles.

Ingrédient de la semaine

C’est le meilleur et le plus célèbre champignon de la famille des bolets. Son nom vient du mot gascon cep qui signifie « tronc ». Son pied, blanc ou jaunâtre, a effectivement la forme d’un tronc, trapu quand il est jeune, allongé quand il vieillit. Son chapeau brun est rond, de la forme d’un bouchon de champagne quand il est petit ; il s’élargit au fur et à mesure du vieillissement du cèpe. Il est tapissé de tubes blancs qui foncent de plus en plus lors de la croissance, jusqu’à devenir vert foncé quand le cèpe est vieux (et immangeable).

Avant de s'’appeler « cèpe », ce champignon est un bolet. Les Grecs le nommaient bolites, les Romains boletus, et c’est ce terme qui a perduré dans la classification botanique. Le nom de « cèpe de Bordeaux » est entré dans le langage gastronomique au XIXe siècle quand les Parisiens en étaient approvisionnés par les récoltants du Bordelais. À partir des années 1950, sa consommation se généralisa vraiment et c’est seulement en 1971 que l’appellation « cèpe » fut officiellement légalisée par un décret pour empêcher les abus commerciaux.

Voir tous les ingrédients de saison

La vie de l'academie

Nos partenaires