Boulanger fondateur d'une Ecole Internationale de Boulangerie dans les Alpes-de-Haute-Provence et à la tête de Chambelland, boulangerie sans gluten qui approvisionne les tables les plus prestigieuses de la capitale, celui qui broie ses farines dans son propre moulin a accepté de partager avec nous son autre idée du pain.

Nouveau venu dans le Xe arrondissement de Paris en bordure du Canal Saint-Martin, Siseng propose une cuisine fusion asiatique bien pensée : croquettes de bœuf ou de crevettes rehaussées d'épices, bo bun ultra généreux, cocktails détonants au piment, sans oublier le produit phare, le bao burger...

Monument historique de la gourmandise parigote, Benoit réconforte les papilles de la capitale depuis 1912. Une cuisine de partage fidèle aux classiques, traditionnelle mais traitée à la canaille. Une vraie cuisine de Paname.

Ce jeune chef prometteur insuffle, depuis 2 ans, un vent de modernité au sein du mythique hôtel Haaïtza, un coin de paradis situé dans le bassin d’Arcachon. Comment ? En intégrant pas plus de deux saveurs dans ses créations. Un parti pris audacieux. Portrait.

Le beurre Bordier est un incontournable du patrimoine gastronomique français. Les gourmets comme les grands chefs, à qui sont proposés des beurres sur mesure (plus ou moins humides, plus ou moins salés, ronds ou carrés), apprécient l’excellence de ce beurre, réalisé de façon traditionnelle. Derrière les beurres Bordier se cache un homme, Jean-Yves Bordier. Le succès de sa maison tient d’abord à la sélection d’un beurre de baratte de grande qualité, fabriqué en Bretagne.

Le beurre Bordier (dont le lait provient d’élevages situés en Normandie et en Bretagne) utilise la technique traditionnelle du barattage. C’est l’action de transformer la crème en beurre grâce à un choc thermique et mécanique. C’est notamment grâce au barattage que le beurre Bordier se distingue des beurres industriels. Vient ensuite l’étape du malaxage qui consiste à travailler le beurre jusqu’à obtenir un belle texture, lisse et homogène. Le beurre Bordier est ensuite salé à la volée au sel fin (ce qui permet, à la différence de la fleur de sel, de mettre en valeur la qualité des crèmes), puis façonné. Le beurre est enfin mis en forme manuellement à l’aide de palettes de buis ; c’est ce qu’on appelle « taper le beurre ».

On peut trouver le beurre Bordier partout en France, chez tous les bons crémiers et fromagers, en motte ou en plaquette. Si vous souhaitez découvrir tout le reste de l’activité de Jean-Yves Bordier, il vous faudra aller en Bretagne, dans l’un de ses points de vente, à Saint-Malo ou à Rennes. Fromages, yaourts, riz au lait… le beurre ne représente qu’une partie de son savoir-faire. Ce fromager affineur de formation est d’ailleurs davantage connu en Bretagne pour ses fromages.

Originaire d’Alep (Syrie), Myriam Sabet vient d’ouvrir sa Maison Aleph, en plein Marais, à Paris. À la carte : des pâtisseries, glaces et sirops traditionnels du Levant avec un twist bien français, de la modernité, et beaucoup plus à venir.

“Assureurs, que faites-vous pour contribuer à l’effort de guerre ?” Stéphane Jégo, chef au verbe haut, appelle à la mobilisation à travers une pétition adressée au gouvernement. Il demande l’état de catastrophe naturelle sanitaire. Le but : permettre aux assurances d’indemniser les commerces impactés par la crise.

Abonnement premium

Accédez aux meilleures recettes des chefs

Découvrez les 6 000 meilleures recettes de la gastronomie française

Apprenez les secrets des plus grands chefs

Progressez en reproduisant les gestes des cuisiniers avec nos 2 000 vidéos

Sans engagement

Rechercher une adresse