La palourde et la praire sont des mollusques bivalves vivant dans les fonds vaso-sableux du littoral normand et breton (Granville, Erquiy, Brest). Leur coque présente des stries concentriques. Elles sont pêchées à la faveur des marées, de la fin de l'automne au début du printemps. Leur prise est réglementée. Seuls les spécimens de plus de 4 cm peuvent être prélevés. Riches en oméga 3 et en fer, la praire et la palourde sont également bien pourvues en zinc, sélénium et phosphore.

La praire ou la palourde doivent toujours être achetées vivantes. Il existe plusieurs espèces de palourde. La grise est particulièrement savoureuse. Choisir des coquillages de même taille et compter entre 200 et 250 g de praire ou de palourde par personne.

Laver les coquillages à grande eau en les brossant soigneusement afin de retirer toute trace de vase ou de sable. Les faire ensuite dégorger pendant une demi-heure dans de l'eau fortement salée. Les coquillages vont « bailler » et relâcher les éventuels grains de sable qu'ils pourraient contenir. Les praires sont délicieuses crues. Les ouvrir au moment de les déguster à l'aide d'un couteau d'office. Jeter la première eau puis savourer la chair du coquillage avec du pain, un peu de beurre salé et une goutte de citron ou de vinaigre doux.

Faire sauter les coquillages pendant quelques minutes dans un large faitout, avec un fond de vin blanc sec.

Les Italiens sont friands de spaghetti « alle vongole » (aux palourdes). Les Américains consomment quant à eux les palourdes en chaudrée, potage à base de pommes de terre et de crème. Les plus gros coquillages peuvent être farcis avec une noisette de beurre à l'ail et au persil. Les saupoudrer d'une pincée de chapelure et les placer 5 minutes sous le gril du four avant de les déguster.

La Fabada de almejas (cassoulet de palourdes) est un plat populaire en Espagne, comme le Porco à alentajana (porc aux palourdes) au Portugal, le Fukagawa-meshi (riz recouvert de palourdes) au Japon et les différentes soupes de palourdes dans les pays asiatiques.

Les palourdes et praires se conservent au maximum trois jours au réfrigérateur après leur pêche. Mais il est recommandé de les consommer de préférence dans la journée.

La palourde est particulièrement riche en sels minéraux et surtout en fer. Elle contient aussi beaucoup de vitamines du groupe B, de protéines, un petit peu de vitamine C et de glucides, et pas du tout de lipides.

En France, la palourde grise est la plus courante, de même que la palourde japonaise, importée dans les années 70 pour l'élevage et qui s'est installée dans la mer, devenant ainsi sauvage.

D'autres espèces sont récoltées ailleurs : palourde jaune (assez grosse), palourde du Pacifique, palourde rose, palourde dorée, palourde asiatique.

En France, les palourdes sont élevées en Bretagne, en Normandie et en Vendée. Elles le sont également dans bien d'autres pays (Portugal, Irlande, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Canada, États-Unis, Japon etc.).

Les recettes

Par et 1 autre chef
Par et 1 autre chef
Par et 1 autre chef