Originaire de la province du Sichuan en Chine, cette épice portant le nom de poivre n’appartient pourtant pas à la famille des pipéracées. Il s’agit d’un fruit issu d’un arbuste épineux (famille des rutacées comme les agrumes) dont seule la coque est utilisée. Elle est alors séchée puis grillée ou moulue, son grain noir étant dur et amer. Largement utilisé en Asie, le poivre de Sichuan séduit de plus en plus la gastronomie occidentale par son goût poivré aux notes boisées, anisées et citronnées.

Le poivre de Sichuan, le plus souvent importé de Chine, se présente sous la forme de baies ouvertes, car dépourvues de graines, avec leur pédoncule. On le retrouve conditionné dans des bocaux comme le poivre classique dans les supermarchés et dans les épiceries fines. Certains mélanges appelés « Cinq épices » contiennent du poivre de Sichuan.

Avant d’intégrer le poivre de Sichuan à une préparation, vous pouvez au choix l’utiliser tel quel, le torréfier à la poêle avant de l’écraser ou directement le moudre.

Il est préférable d’ajouter le poivre de Sichuan en fin de cuisson.

Très parfumé grâce à ses notes poivrées sans pour autant être extrêmement piquant, le poivre de Sichuan est une épice qui s’accorde avec des préparations salées et sucrées. Ancrée dans la cuisine sichuanaise, tibétaine et japonaise depuis des siècles, cette baie très aromatique convient aussi bien aux volailles, aux viandes blanches et rouges qu’aux féculents et légumes. En Occident les chefs se sont appropriés ce faux poivre pour les mêmes usages tout en l’adaptant à leur cuisine. Il donne plus de caractère aux pièces de bœufs grillées ou au foie gras et parfume subtilement salades de fruits ou desserts à base de chocolat.

Le poivre de Sichuan se conserve plusieurs années à l’abri de la lumière et de l’humidité.

Outre ses vertus digestives et antidouleurs, le poivre de Sichuan est une excellente source d'oligo-éléments comme le phosphore et la magnésium.

Les recettes