Spécialité grecque que l’on retrouve également dans la cuisine turque, le tarama est une purée onctueuse d’œufs de poissons séchés, de mie de pain, d’huile d’olive et de citron. Les œufs utilisés sont souvent issus de mulet ou de cabillaud. Si la pâte obtenue est parfois rosée, la belle couleur rose que l’on retrouve dans le commerce est due à l’utilisation du colorant E120, fabriqué à base d’insectes Dactylopius coccus (cochenille).

Le meilleur sera sans doute celui fait maison chez le traiteur grec, turque ou libanais. Mais on en trouve généralement dans toutes les grandes surfaces. Il est également possible, et plutôt facile, de le faire soi-même.

Pour réaliser un tarama maison, il est conseillé d'utiliser un fouet électrique et non un mixeur pour ainsi garder les œufs intactes.

Le tarama se tartine sur des blinis (une crêpe épaisse) et peut trôner au milieu d’un mezze. Il est idéal à l’apéritif mais les plus ingénieux sauront l’incorporer à d’autres recettes : en cake, avec du saumon ou avec des pâtes.

Le tarama se conserve au réfrigérateur. Tout dépend de sa provenance : industriel, il pourra se conserver quelques jours sans peine. Maison ou traiteur, le garder maximum 48 heures après achat ou préparation.

Les œufs de poissons, à partir desquels est fait le tarama, contiennent des acides aminés, des minéraux, des vitamines et des acides gras polyinsaturés. Le tarama industriel est plutôt calorique (315 calories pour 100 g) et salé.