En Provence, le terme « supions » renvoie aux très petites seiches qui peuplent le fond sablonneux de la mer Méditerranée. Ces céphalopodes apparentés à la famille des seiches (espèce voisine des calmars) ne mesurent pas plus de 5 cm. Munie de dix tentacules dont deux très longues terminées par des ventouses lui servant à capturer sa proie, les supions sont l’un des ingrédients phares de la cuisine provençale.

Les supions s’achètent auprès d’un poissonnier. Les choisir avec une peau nacrée, bien brillante et avec une odeur marine. Hors saison, les acheter congelés.

Contrairement à la seiche qui a besoin d’être battu ou blanchi pour la rendre plus ferme, les supions par leur petite taille peuvent se manger sans être vidés. Il suffit simplement de les laver sous l’eau courante et de les essuyer avant de les cuire.

Les supions peuvent être sautés à la poêle, frits ou cuits à la vapeur.

Les supions peuvent se manger crus assaisonnés d’une persillade ou simplement farcis de tomates concassées et d’échalotes. Les supions poêlés sont servis avec une sauce tomate ou d’une sauce aux poivrons, on les accompagne de légumes, de riz et de viandes comme le poulet pour des associations terre/mer.

Les supions ne se conservent pas plus de deux jours au réfrigérateur. L’idéal est de les consommer frais le jour même. Il se garde près de 3 mois au congélateur.

Les supions sont très peu caloriques et riches en minéraux.

Abonnement premium

Accédez aux meilleures recettes des chefs à partir de 1€

Découvrez les 5 000 meilleures recettes de la gastronomie française

Apprenez les secrets des plus grands chefs

Progressez en reproduisant les gestes des cuisiniers avec nos 2 000 vidéos

Sans engagement