Menu de Noël pas cher : se régaler sans se ruiner

Par Victoria Houssay - 8 déc. 2014 - Mis à jour le 21 nov. 2018
Cuisiner pratiqueNoël en fête

Tous les ans, c’est pareil : Noël est LA période où l’on prévoit de se mettre aux fourneaux et de bien manger, entouré de ses proches. C’est aussi LA période où l’on a dépensé des mille et des cents pour décorer son intérieur ou gâter ceux qu’on aime. Et en fin de mois, difficile de suivre les recettes de fête parfois coûteuses. Pas de panique : l’Académie du Goût vous propose des recettes spéciales petits prix.

Crédits : DR - FotoliaSe régaler sans se ruiner, c'est possible !

Suivez le guide. Déjà, on se méfie du saumon premier prix. Sans doute issu d’élevage, coloré et gonflé d’eau, il n’aura que peu de finesse. La bonne idée ? Se tourner vers la truite fumée. Elle sera délicieuse servie telle quelle, avec un filet de jus de citron, mais fera aussi des merveilles en tartare. Si vous tenez au saumon, choisissez-le en pavé plutôt que fumé : à essayer, cette recette de feuilleté au saumon, aux endives et aux oranges. Les amateurs de coquillages et crustacés opteront pour ces étrilles gratinées ou même pour des assiettes de fruits de mer, en faisant l’impasse sur les plus onéreux. Si elles restent un peu chères, de bonnes langoustines sont aussi savoureuses et bien moins coûteuses qu’un homard. Enfin, pour attaquer avec des saveurs carnées dès l’entrée, on opte pour le pâté en croûte qui, fait maison, prend des airs de fête.

On zappe : le chapon de Noël qui coûte un bras, voire deux pour peu qu’il soit de Bresse. On se rabat sur d’autres volailles, comme un bon poulet si vous êtes en petit comité. Plus originale, la caille offre une chair fine et goûteuse et peut être très festive si elle est farcie. Alternative à la volaille : la viande. On aime aussi l’idée d’un filet mignon de porc pour Noël, par exemple servi en croûte. Autres recettes repérées : la porchetta italienne d’Alain Ducasse (un porcelet farcit aux abats et délicatement relevé d’herbes aromatiques) ou le canard et son chutney de pommes, gourmand à souhait. Envie de servir un poisson ? Voyez plutôt ce colinot rôti à l’ail et aux oignons… Délicieux.

Point trop n’en faut : un écrasé de pomme de terre peut très bien faire l’affaire. Les plus gourmands tenteront une poêlée sarladaise, avec un peu de graisse d’oie et d’ail. Autre alternative économique, le risotto, qui peut être servi en petite quantité (il est très nourrissant). Si vous accompagnez une viande ou une volaille, des légumes lentement mijotés peuvent suffirent. Et notez que parfois, le luxe peut résider dans l’originalité de l’accompagnement : des pop-corn au cumin ou une espuma de fromage de chèvre par exemple.

Et, clou du spectacle : le dessert. La bonne nouvelle c’est que cette fois, pas de viande coûteuse et autre caviar à acheter. Les matières premières sont rarement inaccessibles : de belles recettes au chocolat peuvent être difficiles ou longues à réaliser… Mais pas chères ! A vous la charlotte au chocolat, la tarte croustillante de l’ECAD ou les profiteroles de chez Benoît. Autre option, le macaron, qui a le mérite de se décliner en de multiples saveurs.

Trois idées grand luxe à petit prix :

  • L’huile de truffe parfume bien tous types de préparation (purée en tête) et coûte bien moins cher que de la vraie truffe entière et fraîche.

  • Le beurre de foie gras est gourmand et facile à faire. Bonne nouvelle : un peu de foie gras vous permettra d’en servir plus.

  • On peut faire des économies sur l'alcool : mieux vaut un bon prosecco ou crémant bien choisi qu'un mauvais champagne bas de gamme.

Toutes les actus