Interview « Première fois » de Fanny Rey

Par Deborah Koslowski - 13 juil. 2017
Portrait

Étoilée depuis février 2017 par le Guide Michelin, Fanny Rey a brillamment mené sa barque depuis la finale de Top Chef, en 2011. Cette année, elle est d'ailleurs la seule femme à avoir atteint la Voie Lactée aux côtés de 70 grandes toques, grâce à sa cuisine des Alpilles. L’occasion de nous intéresser d’un peu plus près à cette Bourguignonne tombée amoureuse de la Provence... au point d’y avoir ouvert son propre restaurant, L’Auberge de la Reine Jeanne.

Crédits : Sébastien AublancFanny Rey, récompensée par le Guide Michelin en 2017

Diplômée d’une école hôtelière du Jura, Fanny Rey est passée par la Marine Nationale avant de revenir à ses premières amours. Révélée par Top Chef en 2011, l'émission n’était pour elle « qu’un jeu, un concours de plus ». L’amoureuse du « chocolat sous toutes ses formes » s’était inclinée face à Stéphanie Le Quellec, aujourd’hui cheffe de La Scène au Prince-de-Galles et dont le parcours est admiré par l'ancienne adversaire. Une belle expérience – ni réussite, ni défaite - qui a permis à la nouvelle étoilée de se réaliser et de donner vie à ses projets avec l’ouverture d'un restaurant à Saint-Rémy-de-Provence, aux côtés de celui qui partage son quotidien. Pour vous, elle dévoile ses toutes premières fois.

Crédits : Sébastien AublancFanny Rey et son conjoint, Jonathan Wahid, chef pâtissier élu Champion de France des desserts en 2005.
Crédits : Sébastien AublancUne entrée préparée par la cheffe Fanny Rey
Crédits : Sébastien AublancAu travers de sa cuisine, la cheffe rend hommage à la cuisine des Alpilles.
Crédits : Sébastien AublancQuand Fanny Rey revisite les asperges...

Première émotion culinaire ?

Les tomates farcies de ma maman.

Premières idoles gastronomiques ?

Bernard Loiseau, parce qu'il était bourguignon... comme moi ! Paul Bocuse aussi. Il y a également Anne-Sophie Pic, que j'admire pour sa simplicité, son accessibilité.

Première découverte gustative ?

Le bouchon de cèpes, et j'adore ça !

Première joie professionnelle ?

Pouvoir avoir une cuillère en main chaque jour afin de goûter à tous les plats.

Premier plat réalisé ?

Des tomates farcies comme les faisait ma maman, à l'aide de bons produits frais, cuisinés simplement.

Premier raté gastronomique ?

Ah ça, c'était chez moi : alors que je découvrais les épices lors de mon apprentissage, j'ai décidé de préparer un pigeon aux épices avec des abricots et du safran. Je ne connaissais pas encore la puissance de sa saveur... et j'en ai beaucoup trop mis !

Premier râteau professionnel ?

Je suis chanceuse, je n'en ai jamais pris ! En revanche, j'ai envie de travailler avec de nombreux chefs. Je suis mon propre râteau.

Dernière envie ?

Décrocher une deuxième étoile et même, pourquoi pas, une troisième ! Ce serait une consécration !

Crédits : Sébastien AublancLa pince ? C'est l'ustensile de prédilection de la cheffe Fanny Rey !

Son restaurant préféré

Le Restaurant Sylvestre, Hôtel Thoumieux, 75007 Paris.

Le restaurant où elle rêve de manger

L'Auberge du Pont de Collonges, de Paul Bocuse, à Collonges-au-Mont-d'Or.

Son marché préféré

Celui du port de Marseille, pour sa criée.

Ses produits fétiches

Le poivre et les herbes de Provence.

Ce qu'elle ne mangera jamais

De la viande équine.

Sa madeleine de Proust

L'éclair au chocolat

Toutes les actus