Pour sa 7e édition, la Fête de la Gastronomie vous invite « au coeur du produit »

Par Deborah Koslowski - 13 sept. 2017 - Mis à jour le 15 sept. 2017
Société

La Fête de la Gastronomie signe son grand retour : du 22 au 24 septembre, elle célébrera la diversité du patrimoine culinaire français en mettant la matière première à l’honneur. Le parrain cette année ? Stéphane Layani, Président du Marché d’Intérêt National de Rungis.

Crédits : DR - Fête de la Gastronomie

Elle revient ! Depuis son initiation en 2011 par le Ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, la Fête de la Gastronomie n’a eu de cesse de mettre en valeur le savoir-faire de la cuisine à la française aux quatre coins de l’Hexagone et hors de nos frontières. Et puisqu’il n’y a pas de « bonne cuisine » sans « bons produits », les aliments - depuis leur culture jusqu’à leur transformation - sont à l’honneur à l’occasion de cette septième édition.

C’est un fait : « La gastronomie est ancrée dans les cœurs des Français. Tous s’en passionnent, en parlent, regardent des émissions culinaires, se réunissent autour de barbecues… Elle est fédératrice, populaire et s’exporte par-delà les frontières ! », analyse Stéphane Layani, Président-Directeur général du Marché de Rungis, honoré de parrainer cette nouvelle édition. Ce qui justifie d’autant plus l’inscription du repas gastronomique des Français au patrimoine immatériel mondial de l’humanité en 2010. Et qui dit gastronomie, dit utilisation de produits de qualité.

« Le produit, c’est ce qu’on mange. C’est la matière première, la brique essentielle à la gastronomie. Un bon produit, c’est la clé du succès d’une recette », estime-t-il. Comment s’assurer de son choix lorsque l’on fait ses courses alors ? « En préférant un produit cultivé en respectant sa saisonnalité, dont on connaît les méthodes de fabrication, qui est frais et n’a pas trop voyagé », confie le parrain. À ses yeux, la gastronomie est d’ailleurs « le 8e Art » car « elle magnifie un produit pour en faire un instant de plaisir à l’image d’Alain Ducasse qui travaille des produits bruts pour en révéler les saveurs, faire rêver et rappeler des souvenirs culinaires d’enfance. » Afin de rendre hommage à la cuisine française et à son universalité, la Fête de la Gastronomie a donc pour ambition de saluer - entre autres - le labeur de ceux qui en sont le cœur : les producteurs.

« C’est un événement convivial regroupant de nombreuses initiatives partout en France », explique par ailleurs l’inconditionnel du soufflé aux langoustines et de la blanquette de veau, qui se décrit également comme « un gourmand avant d’être un gourmet ». Sur l’ensemble du territoire comme à l’étranger, des conférences, repas et ateliers de cuisine se dérouleront du 22 au 24 septembre. Le but derrière ces animations est clair : sensibiliser les amateurs de bonne chère de tout âge au savoir-faire des agriculteurs, maraîchers, marchés, marchés de gros et autres restaurateurs sur leur travail la matière première. Chaque chaînon pourra ainsi montrer comment, à son échelle, il joue à la conservation, à la mise en exergue et à la pérennisation de l’identité culinaire française.

Toutes les actus