Chefs World Summit : quand la gastronomie entame sa transition vers le zéro plastique

Par Alizé Grasset - 12 déc. 2019 - Mis à jour le 13 déc. 2019
Société

Les 24, 25 et 26 novembre derniers, l'événement international réunissant chefs et acteurs du secteur de la gastronomie dans la principauté de Monaco a permis d'aborder le vaste sujet de la transition vers le "zéro plastique". À l'heure des discussions législatives sur l'interdiction de ce matériau polluant, les chefs essayent, à leur échelle, de sensibiliser au fléau qu'il représente.

Crédits : Eduardo TorresLe chef Mauro Colagreco et ses équipes s'engagent à supprimer le plastique du restaurant le Mirazur, un exemple fort pour le secteur de la gastronomie, gourmand en plastique.

Parmi les nombreuses conférences et rencontres qui ont eu lieu lors de l'événement gastronomique international de l'année, celle abordant le sujet du** plastique** dans les cuisines des restaurants. Le plastique, omniprésent en cuisine sous toutes les formes possibles (barquettes, film alimentaire... etc) pose aujourd'hui problème. Développement durable, recyclage, pollution, il contribue activement à la dégradation de la planète. L'objectif ? Le bannir complètement des restaurants et apporter des solutions de substitution : utiliser des matériaux réellement recyclables, compostables ou fabriqués à partir de produits recyclés, toujours sans plastique aucun. Côté législation, l'emballage plastique à usage unique devrait, lui, être totalement banni d'ici 2040. Un (tout) premier pas vers un monde "plastic-free".

Une transition que Mauro Colagreco, élu chef de l'Année par le magazine Chef durant le Chefs World Summit, a déjà entamée depuis quelques mois dans son restaurant étoilé le Mirazur à Menton. Accompagné de son équipe qui travaille d'arrache-pied pour supprimer le plastique du restaurant, le chef argentin a présenté les produits de substitution au plastique qui ont investi les cuisines : des barquettes et du polystyrène fabriqués à partir de fibres de bois, et du film alimentaire, lui, à base de cire d'abeille. Même si ces substitutifs sont encore à améliorer, les équipes du Mirazur nous démontrent avec brio qu'il est possible de changer les habitudes et les usages. Comment ? Sensibiliser ses pairs aux effets bénéfiques de la transition au zéro plastique. Le restaurant du chef triplement étoilé a reçu, cet été, le "Plastic-free certification", qui prouve qu'ils ont supprimé 90 % du plastique qu'ils utilisaient jusqu'à maintenant. Un (très) bel exemple à suivre.

Toutes les actus