Tous à table organise le premier festival gastronomique pour tous

Par Catherine Lasserre - 24 juil. 2014
Société

Le 30 août prochain, le Carreau du Temple accueillera Mélomiam, la première édition d'un festival gastronomique à forte dimension sociale chapeautée par l'association Tous à table. Cette journée, qui mêlera musique et gastronomie, offrira une parenthèse festive et gourmande à des familles en situation de précarité. Un festival solidaire vu comme un projet culturel d'aide à la resocialisation.

Derrière ce festival se cache Flavio Nervegna, un ancien consultant en communication dans l'univers de la mode et du cinéma qui, motivé par cette « volonté de replacer la mixité sociale au cœur [de la grande restauration] », fonde en 2009, Tous à Table, une association à but non lucratif. Sa mission : favoriser la mixité dans la restauration de qualité avec pour objectif d'utiliser la gastronomie comme tremplin vers la resocialisation. Et ce festival matérialise cette ambition.

Le principe : permettre à des personnes en difficulté de participer à moindre frais à cet événement, car, comme le souligne Flavio Nervegna, « il est important que les bénéficiaires participent aussi financièrement, pour l'estime de soi et aussi pour se redonner confiance ». Ainsi, les 400 bénéficiaires sélectionnés par l'association bénéficieront d'un tarif spécial, à hauteur de 5 euros pour les adultes et de 1 euro pour les enfants (ils auront même la possibilité d'inviter, au même prix, un proche qui leur est venu en aide lors de cette période difficile). Une démarche solidaire qui leur permettra de profiter pleinement de ce repas-concert. Les autres participants, eux, auront le choix entre trois tarifs (voir ci-dessous). Des tickets d'entrée transformés, en réalité, en dons défiscalisables qui permettront de financer en partie le repas de cette journée. Après déduction fiscale, cela reviendra à payer 1/3 du prix, soit une réduction de 66%. Dons qu'il sera possible de faire via Ze give, une application spécialisée dans le micro-don.

Mixité sociale, deux mots souvent galvaudés qui prennent tout leur sens avec Tous à Table, où la stigmatisation n'est pas de mise. Faire en sorte que tous les milieux sociaux se retrouvent sans distinction aucune, voilà le credo de cette association qui se manifeste à travers ce « projet événementiel à forte valeur ajoutée », précise Flavio. Le festival Mélomiam table sur une « proposition culinaire forte » orchestrée en partie par des chefs de la nouvelle génération, comme Cyril Lignac, David Toutain ou encore Grégory Marchand et Florent Ladeyn, qui prépareront face au public des recettes élaborées à partir de produits frais et de saison. Les chefs seront secondés par des apprentis de l'école Ferrandi et par des jeunes employés en réinsertion. Car là est l'autre objectif de l'association : soutenir l'insertion professionnelle par l'apprentissage des métiers de bouche.

Des plats à déguster jusqu'à la dernière miette sous cette grande verrière et sur fond de musique, six groupes et artistes ayant été conviés pour assurer le spectacle. Six concerts en compagnie, entre autres, de Keren Ann, Cascadeur, FM Laeti ou encore Nach, la petite sœur de Matthieu Chedid. Une journée gastronomico-musicale et solidaire qui réservera bien d'autres surprises et qui, à coup sûr, ne fera pas un four.

Mais cette association, soutenue par le pôle pour l’Économie Sociale et Solidaire de la Mairie de Paris et le Groupe SOS, n'en est pas à son premier coup d'essai. Pour « faire vivre la mixité dans les restaurants de qualité », Flavio Nervegna donne la possibilité, une fois par mois le samedi, à des bénéficiaires recommandés par d’autres associations et certains services sociaux de la ville de Paris, de déjeuner ou de dîner dans l'un des restaurants partenaires qui leur réservent 20% de leurs couverts. Des clients-bénéficiaires qui ne paient au final que 10% de la note.

Le but étant, à terme, de parvenir à « construire un modèle économique viable » en travaillant en étroite collaboration avec les référents sociaux. Un modèle éprouvé et qui porte ses fruits puisqu'une cinquantaine de restaurants ont déjà pris part à l'opération à Paris, Marseille et Aix-en-Provence, avec l'intention de s'étendre à l'échelle nationale. « Au début c'étaient des amis restaurateurs, j'ai maintenant des demandes spontanées venant d'autres restaurants » explique Flavio. Tous à Table organise également d'autres événements ponctuels comme les Noëls solidaires ou la Guinguette solidaire de Paris Plage au bassin de la Villette durant l'été. Le dernier projet en date : le ticket BA, Bonne Action-Bon Appétit. Un coupon financé par des donateurs qui permettra aux bénéficiaires de manger dans l'un des restaurants partenaires du réseaux BA, qui est pour l'heure en train de se fédérer. Une initiative qui s'inspire, dans la forme, des cafés suspendus. De belles initiatives qui témoignent, encore une fois, que la cuisine est plus qu'un besoin biologique mais un indicateur culturel et surtout une pratique sociale vecteurs de partage et de convivialité. Car « c'est par l'alimentation que se tissent et s'entretiennent les liens sociaux » (*).

  • Brunch des pâtissiers : de 11h à 15h avec Cyril Lignac, Laurent Favre-Mot et Guillaume Sanchez avec deux concerts (50 euros)

    • Apéro des bistronomes : de 16h 20h avec Grégory Marchand, Pierre Sang Boyer, Florent Ladeyn et Pierre Jancou. Trois concerts inclus (60 euros)

    • Dîner des étoilés : 21h à minuit. Avec Guy Martin, Hervé Rodriguez, David Toutain et Laurent Favre-Mot. Et deux concerts (100 euros)

    • Pass intégral : les trois menus et tous les concerts (210 euros)

Retrouvez l'association Tous à Table sur Facebook.

(*) Jean-Pierre Poulain, Sociologies de l'alimentation, les mangeurs et l'espace social alimentaire, PUF, 2002, p.177

Toutes les actus