Caviar et homard : au menu du déjeuner Goncourt chez Drouant

Par Marie Cloupet - 8 nov. 2023 - Mis à jour le 16 nov. 2023
Société

Il faisait faim : ce mardi 7 novembre, Jean-Baptiste Andréa décrochait le plus prestigieux des prix littéraires pour "Veiller sur elle", son quatrième roman. À 12 heures 45, juste avant de passer à table. Comme chaque année à l'occasion de la remise du Goncourt, le traditionnel déjeuner s'est tenu chez Drouant à Paris.

Crédits : Matthieu Salvaing / Julie Limont

Edmond de Goncourt aimait déjeuner chez Drouant, restaurant situé place Gaillon dans le quartier de l'Opéra à Paris. L'académie qui porte son nom a d'abord décerné les prix chez Champeaux, place de la Bourse, fermé désormais. Depuis 1914, c'est chez Drouant que cela se passe. Les académiciens y ont leurs habitudes et se retrouvent le premier mardi de chaque mois, dans le salon Goncourt au premier étage du restaurant. C'est dans ce salon aux murs boisés que les délibérations ont lieu chaque année, avant un repas fastueux pour remettre tout le monde de ses émotions.

Romain van Thienen, chef du restaurant, a conçu un menu spécialement pensé pour ses académiciens de convives, truffé de clins d’œil à différents artistes et écrivains. Le repas se compose traditionnellement de six services : des mets fins et un gibier, à plume ou à poils selon l’année. Le canard colvert ayant été mis à l’honneur l’an dernier, il a cédé sa place au chevreuil.

Au menu du prix Goncourt 2023

  • HUÎTRE CHARLES DROUANT AU CAVIAR
    • Maison Madec, Prat-Ar-Coum, n°2, Schrenki x Dauricus, jus de moules, confit de citron. L’huître est servie en souvenir de Charles Drouant qui a été l’un des premiers restaurateurs parisiens à proposer des huîtres en provenance de Bretagne.
  • HOMARD COLETTE
    • Mayonnaise à l’huile de poireaux, gelée de crevettes grises, oxalis, fleurs Le homard fait référence à Colette, habituée des lieux et qui vouait une passion aux crustacés au point de ne jamais s’en passer.
  • TURBOT COCTEAU
    • Jardin marin, œufs de truite, coques, feuilles de câprier, huile herbacée. Présenté dans une nage ponctuée de fruits de mer, il évoque le fameux “ciel de la mer” ; comme Jean Cocteau aimait à désigner le plafond du restaurant Drouant.
  • CHEVREUIL HUYSMANS
    • Figues, sauce grand veneur, cerises noires, encre de seiche. Le chevreuil est le gibier à poils cuisiné cette année. Il est servi dans une assiette où accompagnements et sauce sont noirs, en clin d’œil au repas tout noir évoqué par Joris-Karl Huysmans dans son roman “ À rebours.”
  • FROMAGES CLOS DE MONTMARTRE
    • de “Chez Virginie” notre fromagère affineuse. Ce quartier parisien est un haut lieu de la création artistique et intellectuelle de la rive droite.
  • MIRABELLES CLAVEL
    • Sorbet mirabelle absinthe, chantilly vin jaune. Un hommage à Bernard Clavel, apprenti pâtissier avant de devenir écrivain. Dans son livre “Les fruits de l’Hiver”, le héros chérit un prunier trônant dans son jardin. Les mirabelles sont conservées en bocal, pour être appréciées tout au long de l’hiver.

Vous souhaitez déguster le même déjeuner que les académiciens ? Le menu Goncourt est servi en trois ou six temps au choix. Le menu est à 190 euros - accords mets & vins à 120 euros, et proposé jusqu’au 15 décembre prochain. Pensez à réserver 75 heures à l’avance.

Toutes les actus