Yves Thuriès
Crédits : Delphine Michalak

Yves Thuriès

Chef

Abonnés 3 Abonnements 0

“J’admirais beaucoup mon père, un boulanger réputé dans tout le village pour son pain. Il était mon idole.” Yves Thuriès naît en juin 1938 au-dessus de la boulangerie familiale, dans le Tarn. A 14 ans, il fait son apprentissage à Castres aux côtés de Benoît Barné, tout en prenant des cours de comptabilité [...] le soir chez PIgier. Il obtient son CAP boulanger. Il part ensuite chez les Compagnons, ce qui l’emmène tour à tour à Toulouse, Deauville et Marseille chez Villedieu, maison tenue par trois générations de MOF. En 1965 il reprend une pâtisserie à Gaillac avec l’aide de son patron d’alors.

L’affaire prospère vite et Yves Thuriès profite de cette phase pour passer de nombreux concours. Il décroche le premier prix d’Arpajon et devient MOF glacier, puis MOF pâtissier en 1976, à seulement quelques mois d’écart. Entre 1972 et 1976 il prépare les deux premiers tomes de son encyclopédie de la pâtisserie et pose les bases d’une pâtisserie plus légère, où les mousses remplacent les crèmes au beurre. En 20 ans, il met sur pied un ouvrage majeur composé de 12 tomes, vendu à plus de 360 000 exemplaires.

Changement de décor en 1980 : il ouvre un hôtel-restaurant, le Grand Ecuyer, à Cordes-sur-Ciel. Un an plus tard, il décroche déjà une étoile Michelin. En 1992 il lance une chocolaterie à son nom et en 2007, s’associe à Alain Ducasse pour reprendre les rênes de la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure de la Pâtisserie d’Yssingeaux. Hyperactif talentueux, il a aussi publié Le Petit Thuriès Illustré, un dictionnaire historique de 2000 pages. Sa définition d’un dessert réussi : un dessert qui donne du plaisir rien qu’en le regardant et qui suscite l’envie d’en reprendre une fois dégusté.