Guy Krenzer
Crédits : Delphine Michalak

Guy Krenzer

Chef

Abonnés 3 Abonnements 0

Lui qui se rêvait tour à tour tailleur de pierre, astronaute et dessinateur publicitaire est finalement inscrit par son père au CFA de Nancy en charcuterie, un peu par hasard. Il fait son apprentissage chez M.Branchu en 1979 : “Je suis arrivé dans une maison familiale avec des gens passionnés qui étaient [...] à la fois charcutiers, pâtissiers et cuisiniers.”

Place ensuite au concours du Meilleur apprenti de Meurthe-et-Moselle. Guy Krenzer passe alors un brevet professionnel en charcuterie et se forme auprès de Jean-François Deport. A seulement 22 ans, il décroche l’Arpajon, puis enchaîne les stages chez Lucien Peltier et Fauchon.

Après avoir postulé dans plusieurs restaurants étoilés, Guy Krenzer arrive chez Jacques Maximim en 1985, puis devient MPF charcutier à 24 ans à peine. Il passe ensuite trois ans à Londres comme chef consultant puis entre dans le Compagnonnage en 1991 et, après une première place de chef au RItz à Londres, revient à Paris au Ritz puis chez Lapérouse. S’ensuivent sept années chez Saint Clair aux côtés de Lionel Lallement, chef pâtissier. En 2004, Guy Krenzer relève un nouveau pari : devenir chef des chefs chez Lenôtre.

Sa définition d’un dessert réussi ? “La mémoire du goût démarre à la rétro-olfaction. Cette sensation se passe physiquement dans le cerveau : en se replongeant dans des souvenirs de famille, de voyage, nous salivons naturellement. Quelque part, est-il envisageable de faire mieux que la tarte aux mirabelles de sa maman ? Non, c’est impossible. Et voilà justement la définition d’un dessert réussi.”