Manoj Sharma, passé au chinois

Par Deborah Koslowski - 2 nov. 2017
Portrait

Chef du Shirvan Café Métisse, dernière table du chef Akrame, Manoj Sharma propose une expérience gastronomique à la croisée des mondes. Qui se cache derrière cet audacieux personnage qui mélange et cuisine différentes cultures ? Il s’est prêté au jeu ludique du portrait chinois lancé par l’Académie du Goût… Et se livre à vous.

Crédits : DR - Académie du Goût

La cuisine de Manoj Sharma ? Elle est à son image : savoureuse et teintée d’influences hétéroclites. Originaire de New Delhi, il est d’abord passé par Londres, où il a eu l’opportunité de travailler aux côtés de Vineeth Bathia qu’il admire, avant d’atterrir à Paris. Ses escales au Maroc et en Coréen (pays d’où est d’ailleurs originaire son épouse) lui ont également permis de découvrir de nouvelles saveurs et techniques. Fort de son parcours, le cuisinier globe-trotter propose aujourd’hui des plats hybrides, aussi riches que sa culture culinaire est immense. Et ça tombe bien : ça correspond exactement au concept de brasserie métissée voulu par le chef Akrame pour le Shirvan Café Métisse. Une gourmande invitation au voyage, de la Route de la Soie au Maghreb, dans un cosy bistrot parisien.

Si vous étiez un fruit ?

La mangue.

Si vous étiez un légume ?

Je ne sais pas… La mangue ?

Si vous étiez une épice ?

Le cumin.

Si vous étiez une pâtisserie ?

Un millefeuille.

Si vous étiez une confiserie ?

Un bonbon à l’orange.

Si vous étiez un plat ?

Un poulet tandoori.

Si vous étiez une spécialité française ?

Un bœuf bourguignon.

Votre péché mignon ?

La chapati de ma mère (un pain indien sans levain, ndlr).

Si vous étiez l’intitulé d’un menu ou d’une recette ?

Pastilla de homard.

Définitivement tournée vers le voyage, la cuisine de Manoj Sharma est métissée, parfumée et épicée. La preuve avec sa recette du tedec, galette de riz au safran originaire d'Iran.

Joliment coloré et savamment grillé pour un maximum de croustillance, le tedec est un riz safrané. Très parfumé, il peut aussi bien accompagner des viandes que du poisson. Un délice simple à réaliser, à goûter de toute urgence.

Tombé sous le charme de cette spécialité marocaine lors d’un voyage de trois semaines au sein du Royaume, le chef s’est servi de ses influences indiennes, asiatiques et maghrébines pour la revisiter. Un plat délicat qui surprend par son savant équilibre des textures et des arômes.

Toutes les actus