Cuisine japonaise : du temaki sushi au yosenabe

Par Académie du Goût - 18 mai 2015
Cuisiner pratique

La culture culinaire du pays du Soleil Levant ne se limite pas qu’aux sushis et à l’art du bento. Cette île compte une multitude de spécialités régionales qui gagnent à être davantage connues. Petit tour d’horizon de la cuisine nippone avec des recettes au rapport qualité-prix imbattable grâce à la rubrique Grands Chefs, Petits prix par Casino.

Crédits : DR - Académie du GoûtTemaki sushi aux œufs de truite

Reconnue comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité en 2013, la cuisine traditionnelle japonaise, aussi appelée Washoku, ne cesse de faire des adeptes dans l’Hexagone. Sa gastronomie considérée comme saine et équilibrée – les Japonais ont une espérance de vie qui avoisine les 87 ans contre 78 pour la France – est aussi l’une des plus riches sur le plan de la diversité culinaire régionale. Viande, poisson, champignons, mirin, riz, algues, saké, graines de sésame sont autant d’ingrédients qui entrent dans la composition de sobas, de donburi, de fondues et de soupes. Découvrez quelques plats emblématiques du Japon quelque peu revisités avec les produits à petits prix de Casino.

En japonais, le mot riz se dit « gohan », terme qui signifie également « repas ». On comprend alors l’importance de cette céréale dans la cuisine japonaise qui sert généralement d’accompagnement. Les Japonais ont une préférence pour le riz rond blanc cuit à la vapeur sans ajout d'autres ingrédients. Il sert de base au donburi, ce plat complet servi dans un bol dans lequel le riz se voit surplombé de porc pané (tonkatsu) dans l’un des plats les plus populaires, le katsudon.

Mais le riz est parfois aromatisé au vinaigre de riz additionné de sel et de sucre pour la préparation des sushis, ces bouchées nippones surconsommées en France mais réservées pour des occasions spéciales au Japon. Fines tranches de poissons ou fruits de mer, tamagoyaki (omelette japonaise) composent ces sushis qui peuvent revêtir différentes formes. Et c’est l’algue nori qui permet de leur donner leur forme : elle se présente sous l'aspect d'un cône dans cette recette de temaki sushi aux œufs de truite et à l’avocat, ou encore sous forme de petits rouleaux dans cette recette de california-makis préparés avec le filet de thon Casino Délices lié à une mayonnaise parfumée à la ciboulette. Des recettes simples qui demandent tout de même un doigté particulier pour un rendu harmonieux.

Crédits : DR - FotoliaRiz rond blanc

Que serait la cuisine japonaise sans la sauce soja, le wasabi, ou encore la bonite séchée et fumée, ces condiments qui révèlent la saveur des plats ? Les Japonais les utilisent aussi bien pour parfumer du poulet ou du poisson grillé grâce à la sauce teriyaki (mélange de sauce soja, de mirin, un saké très doux et de sucre) que pour rehausser la saveur d’un bouillon comme dans cette recette de fondue nippone (yosenabe) aux noix de Saint-Jacques accompagnées de shiitakés et d’enokis, champignons phares de la cuisine japonaise. Ici, la bonite séchée, le mirin et la sauce soja confèrent une saveur particulière à ce plat riche en minéraux et en vitamines.

Ces condiments rehaussent également la saveur des légumes comme le daïkon ou la patate douce mais aussi le fromage… végétal. Ainsi le tofu, aliment obtenu à partir de lait de soja caillé voit sa saveur se révéler grâce à ces condiments. Si le hiyayakko, une salade de tofu froid agrémenté de bonite séchée, de sauce soja, de gingembre ou de moutarde, est une préparation populaire au Japon, l’autre manière d’apprivoiser le tofu ferme, par exemple, est de le cuisiner en boulettes croustillantes façonnées avec des carottes râpées, de l’oignon nouveau ciselé et des graines de sésame pour la touche croquante. Un plat végétarien original qui vous fera découvrir la cuisine japonaise autrement et à prix doux.

Toutes les actus